Ville de Challans

Site officiel de la Ville de Challans (Vendée)
Vous êtes ici : Accueil >> Environnement : « Zéro phyto » dans les cimetières

Environnement : « Zéro phyto » dans les cimetières

Publié le lundi 29 octobre 2018

La loi n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national interdit aux personnes publiques d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, de forêts et de promenades depuis le 1er janvier 2017.

Un régime particulier continue de s’appliquer aux cimetières qui seront concernés par l’interdiction générale à compter du 1er janvier 2019.

La Ville de Challans a souhaité anticiper ces exigences légales et mettre en œuvre de nouvelles méthodes et pratiques d’entretien des cimetières, sans désherbant chimique.

Ainsi, au cimetière du Caillou blanc, le cimetière de centre-ville, les visiteurs pourront observer le retour maîtrisé d’une végétation spontanée. Sur une petite partie de la section G vient d’être expérimenté un procédé novateur : sur les allées a été appliqué un mélange d’eau, de semences et de paillis qui favorisera un enracinement rapide. Rien d’anormal, le mélange forme un tapis cotonneux vert dans lequel germeront les graines et qui sera rapidement recouvert.

Une démarche éco-responsable

L’enherbement des allées et des espaces inter-tombes n’est pas le signe d’un cimetière à l’abandon mais d’une gestion responsable et respectueuse de l’environnement.

Depuis l’apparition de la phytochimie dans les années 1950, le végétal n’avait plus sa place dans les cimetières. Les allées étaient arrosées de pesticides pour maintenir une « propreté » bien illusoire. Pas d’herbe certes, mais un sol contaminé, des eaux de ruissellement chargées de produits dangereux, une pollution nocive pour la santé des usagers et agents des cimetières.

L’esthétique du cimetière est donc appelée à évoluer. Le « verdissement » améliorera la qualité paysagère de ce lieu de mémoire. Laissons un peu de nature franchir les murs de nos cimetières car ceux-ci, ne l’oublions pas, sont aussi des lieux de vie.