Quand la ville se végétalise

L’équipe municipale a souhaité créer de nouvelles couvertures végétales en centre-ville, mais en gardant une certaine cohérence.

Les objectifs de la végétalisation sont multiples : limiter l’usage du bitume, préserver le système racinaire des arbres, réduire le désherbage, utiliser des plantes résistantes au froid et à la sécheresse et demandant donc peu d’eau, et privilégier des végétaux restant verts toute l’année. Au cours des années passées, le service du patrimoine paysager a d’abord profité de travaux de réfection de voirie (boulevard Jean Yole, rue du Capitaine Debouté) pour intégrer davantage de végétaux (arbres, arbustes, bulbes, vivaces…).

Des enjeux écologiques et sécuritaires

Un fleurissement spécifique est désormais mis en place à chaque intervention du service du patrimoine paysager. Il s’agit d’apporter une diversité végétale et une cohérence avec l’environnement direct, tout en conservant l’identité de la ville. Concrètement, on retrouve du lierre boulevard Jean Yole, pour faire écho au côté boisé de la proche allée des Soupirs.

La végétalisation se poursuit sur d’autres espaces, du boulevard Lucien Dodin au boulevard Clemenceau en passant par la rue Pauline de Lézardière.

De tels aménagements amènent de la fraîcheur, rabaissent la température en centre-ville, favorisent la biodiversité et renforcent le sentiment de bien-être pour les usagers. Mais au-delà de ces aspects, la réflexion porte également sur la sécurité avec une attention particulière portée à la visibilité à proximité des carrefours et sorties de garage. Les nouvelles créations végétales forment au final une barrière sécuritaire entre piétons, cyclistes et automobilistes.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×